Mesure de la qualité de l'eau de l'estuaire

Le Sméag est engagé, depuis 2004, au sein du réseau MAGEST (MArel Gironde ESTuaire) qui est en charge du suivi de la qualité de l’eau du système estuarien Garonne, Dordogne, Gironde. Le laboratoire EPOC du CNRS met en oeuvre techniquement et scientifiquement le réseau et l'anime.

LE BOUCHON VASEUX

Ce système est constitué de l'estuaire de la Gironde et des parties de la Garonne et de la Dordogne soumises à l'influence des marées. Le bouchon vaseux est une zone de turbidité (teneur en matières en suspension élevée) du fait du blocage des sédiments apportés par la rencontre d’eaux douces et d’eaux marines salées. Sa taille et sa position évoluent selon les conditions propres à l'estuaire : débits fluviaux et cycles de marée. 

LE SUIVI DE LA QUALITE DE L’EAU

Le réseau MAGEST enregistre la turbidité, l'oxygène dissous, la salinité et la température de l’eau afin de suivre la présence du bouchon vaseux et d’évaluer son impact. L'analyse des données acquises depuis 2004 permet de qualifier l'impact du bouchon vaseux :

  • une remontée du bouchon à Bordeaux dès que le débit de la Garonne est inférieur à 200 m3/s ;
  • une remontée plus en amont du bouchon vaseux dû au surcreusement du lit (extractions de granulats) et à des étiages de plus en plus précoces et importants ;
  • un phénomène de sous oxygénation du bouchon vaseux à Bordeaux.

 

Le manque d'oxygène, facteur prépondérant pour le milieu aquatique, est aggravé par une hausse de la température et la salinité (lié à des plus faibles apports en eau douce de l'amont), les apports anthropiques (effluents de Bordeaux), le temps de résidence des masses d'eaux et la présence du bouchon vaseux (débits de la Garonne).

Ce manque d'oxygène pourrait avoir des conséquences importantes sur les migrations, notamment pour les alosons qui dévalent pendant cette période et qui sont obligés de franchir ce bouchon vaseux, ainsi que pour les saumons de printemps qui remontent vers les frayères. 

Le suivi mis en place permet d'orienter les lâchers de soutien d'étiage pendant l'été et d'alerter sur les situations critiques. La création de deux stations de mesure (en sortie de l'estuaire et plus en amont sur la Garonne) et la fiabilisation de celle de Bordeaux  vont permettre d’optimiser ce suivi.

LES ACTEURS DE LA DEMARCHE

Les adhérents du réseau MAGEST sont le CNRS, l’Ifremer, l’IRSTEA, le SMIDDEST, EPIDOR, le Conseil Régional d’Aquitaine, le Conseil général de la Gironde, La CUB, l’Agence de l’eau Adour-Garonne, le Grand port maritime de Bordeaux, EDF et l’Université Bordeaux 1.

Contacts

Aline CHAUMEL

Tél : 05 62 72 76 00 

Nous contacter

À télécharger

Financement

  • Sméag 8 %,
  • GPMB 8 %,
  • EPIDOR 8 %,
  • SMIDDEST 8 %,
  • EDF 8 %,
  • CUB 8 %,
  • AEAG 50 %