Premier bilan du soutien d'étiage 2016

Jeudi 3 novembre 2016

Le mois de juillet a été marqué par des pluies régulières, la Garonne bénéficiant d’apports importants de l’Ariège et du Tarn avec des débits normaux sur l’aval du Tarn, mais peu abondants en Garonne amont. À partir de la fin juillet, le Sméag a débuté les réalimentations car la situation s’est tendue avec une tendance décennale sèche (sans soutien d’étiage) rendant difficile la tenue de l’objectif d’étiage à Toulouse et des seuils d’alerte à Lamagistère et Valentine. Les lâchers d’eau ont été maintenus sans interruption jusqu’à l’épuisement du lac d’Oô et les premières pluies de la mi-octobre.

Au 31 octobre, 46 hm3 auront été déstockés soit 90 % du stock disponible cette année. Le volume libéré représente le 3e plus fort déstockage en 23 ans de soutien d’étiage, les autres années étant 2009 (51 hm3) et 2012 (48 hm3). Les lâchers d’eau ont permis de réduire les déficits par rapport aux objectifs d’étiage de 77, 46 et 22 % à Portet, Lamagistère et Valentine. Au plus fort de l’étiage, les seuils d’alerte renforcée ont été évités. La situation à Valentine a été plus tendue avec un déficit résiduel (avec soutien d’étiage) de 17 hm3 soit de rang 6 en 46 ans. Les débits moyens les plus faibles mesurés sur dix jours consécutifs sont de 16,1 m3/s à Valentine ; 44,4 m3/s à Portet et de 67,1 m3/s à Lamagistère. Sans soutien d’étiage, ils auraient été de 14,7 m3/s à Valentine (crise à 14 m3/s) ; 35,9 m3/s à Portet (alerte à 38 m3/s) et de 55,1 m3/s à Lamagistère (alerte renforcée à 49 m3/s). Ce qui témoigne d’une année très déficitaire.

Entre le 1er juillet et le 15 septembre, 38 hm3 ont été déstockés (75 % du stock) pouvant être considérés comme affectés à la compensation agricole. Sans le soutien d’étiage, des restrictions d’usages auraient été ordonnées par les préfets dès mi-août sur les 74 000 hectares irrigués dépendants de la Garonne.

En savoir plus : http://www.smeag.fr/bulletin-quotidien.html